#12 – L’inspiration de la semaine

Le dimanche est une journée cocooning et chez Madame Innov, on aime l’art et le style sous toutes ses formes ! Aujourd’hui nous avons choisi de vous parler chaussures. Mais pas n’importe lesquelles… Les chaussures à talons !

Hey oui, pour certaines, c’est l’accessoire de mode ultime et indispensable pour compléter et finir une tenue, pour d’autres un outil de torture qui ne sort jamais du placard. Mais d’où viennent-elles ?

Flashback : les ancêtres des chaussures à talons

Remontons le temps pour comprendre l’origine des talons. Mais qui sont les ancêtres de nos escarpins vernis préférés Jimmy Choo ???

En Egypte ancienne, les talons existaient déjà. Les bouchers portaient des chaussures à très hautes plateformes afin d’éviter de se salir avec le sang des animaux. Un peu moins glamour que nos escarpins de soirée, je vous l’accorde… À l’époque de la Rome et la Grèce antiques, les sandales à plateforme appelées kothorni, étaient des chaussures à hautes semelles à base de bois ou de liège particulièrement répandues parmi les acteurs de théâtre, et différenciaient leur statut par la hauteur de leurs semelles. A l’époque du Moyen Age, beaucoup portaient des sabots mixtes, considérés comme très chers et fragiles, et ceux-ci devaient être portés avec précaution, et ne pas être utilisés dans de la boue par exemple.

Au 15ème siècle sont créées en Turquie les Chopines, sortes de chaussures à talons à hautes semelles à base de liège ou de bois, qui se répandent en Europe au 17ème siècle. A la différence des sabots, les chopines sont portées exclusivement par les femmes.

En 1533, la mode des talons hauts revient en force chez les hommes, et notamment chez les nobles, qui aimaient dominer la foule avec leur hauteur. Catherine de Médicis engage un cordonnier pour fabriquer une paire de chaussures à talons sur mesure pour le roi de France Henri II, un mélange de sabots et de chopines, aux talons plus hauts. Avec la Révolution Française, le port du talon décline, symbole de la richesse et de l’aristocratie, mais refait surface au 19ème siècle, avec une utilisation de plus en plus féminine.

1947, la première apparition en France de l’escarpin !

C’est en 1947 que l’escarpin féminin fait sa première apparition en France lors d’un défilé de mode, grâce à Christian Dior ! Il devient alors un accessoire prisé, symbole des mannequins de l’époque et de leur silhouette svelte. Dans les années 50 en Italie, le talon aiguille fait fureur, considéré comme un accessoire ultra féminin et sexy. Dans les années 60, les médecins déconseillent les talons hauts pour leurs conséquences néfastes sur le dos, les polémiques éclatent, au profit de talons beaucoup plus petits ou plats. Les talons bas dominent donc la mode dans les années 70/80 mais les talons hauts reviennent en force dans les années 85-90 !

Sans compter les baskets à talons compensés qui apparaissent pendant les années « Spice Girls » … Une mode qui a duré quelques mois, mais qui faisait son petit effet 🙂

Quelles innovations aujourd’hui ?

Le talon haut a connu de nombreuses péripéties au cours de l’histoire. Et aujourd’hui, que devient-il ?

Si les escarpins à talons restent un accessoire indispensable et indétrônable, certains entrepreneurs vont plus loin et innovent. Tanya Heath est une entrepreneure originaire d’Ottawa et installée à Paris, qui a créé une gamme de chaussures à talons, dont les talons sont amovibles. A chaque tenue, sa paire de chaussure assortie, mais pour cela, plus besoin d’avoir 15 paires de chaussures différentes (et donc de manquer de place dans votre placard !!!!), il suffit de déclipser le talon et d’en installer un autre (forme / couleur / motif différents). Très ingénieux, très mode, et made in France. A découvrir ici : https://www.tanyaheath.com/

Et vous ? Talons ou chaussures plates ?

Bon dimanche à tou.te.s et à bientôt pour de nouvelles inspirations.

L’équipe Madame Innov

 


Also published on Medium.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *